Monthly Archives: March 2015

La triade d’Aristote

Standard

Dans l’art du discours, la persuasion est très importante. Pour réussir, il faut convaincre son public avec son discours. Aristote a identifié trois éléments clés d’un discours convaincant.

( Source )

Nous voyons ici avec ce triangle les trois éléments : logos ; ethos ; et pathos. Pour écrire un discours persuasif il faut y avoir tout les trois.

Logos est défini comme “logique” mais ce n’est pas tout. Il y compris aussi les faits qui soutiennent un argument : la preuve de ce qu’on dit.

Ethos fait référence à la crédibilité de l’auteur. Il est nécessaire d’établir l’authorité de l’auteur avant d’essayer de convaincre le public ; sinon, personne ne croit ce qu’on dit.

Pathos est l’aspect humain d’un discours. C’est le rapport entre l’auteur et son public au niveau émotionel. Un bon rapport est essentiel pour convaincre le public.

Pour avoir un discours convaincant, nous voyons ici qu’il faut utiliser une mélange de ces trois éléments. Il est nécessaire d’avoir la preuve pour soutenir son argument ; il faut assurer au public qu’ils peuvent se faire confiance en l’auteur ; et il est essentiel de créer un bon rapport entre l’auteur et le public.

Advertisements

L’usage de la bande dessinée et du dessin animé dans “La Haine”

Standard

Le film La Haine mentionne la bande dessinée Astérix et plusieurs dessins animés. À mon avis, ces allusions renforce deux choses : la place des banlieues dans la culture française et la jeunesse des protagonistes Vinz, Hubert et Saïd.

Les bandes dessinées et les dessins animés sont importants dans deux séquences du film : la séquence qui nous présente un ami de Saïd, qui est surnommé “Astérix” ; et la séquence dans laquelle les jeunes discutent des personnages des dessins animés.

Asterix - Cast.png( Source )

Quand Saïd sonne à la porte de son ami Astérix, il ne sait pas le numéro de l’apartement : donc il sonne toutes les portes de l’immeuble en cherchant “Astérix”. Tout le monde qui répond à sa question connaît la bande dessinée. Nous voyons donc que cette bande dessinée fait une partie intégrale de la culture française, une partie qui ne connaît pas des classes sociales : la bande dessinée est la même pour la cité et pour la ville. Cela est significatif à cause du thème du film des vrais Français : nous voyons plus tard la déclaration du chauffeur du taxi à Saïd:

Toi, tu t’appelles David ?

(Source: La Haine)

Le film nous présente ce thème aussi dans la séquence dans le commissariat. Les réflexions des policiers sur les prénoms de Hubert et de Saïd sont racistes, aussi que leur traitement d’eux. Encore, le film présente l’idée d’un Français qui n’est ni arab ni noir :

Saïd, c’est français, ça.

(Source: La Haine)

Leur connexion avec la bande dessinée célèbre renforce la francité des jeunes, malgré ce que disent les gens de la ville.

Source )

La discussion des protagonistes sur les personnages des dessins animés nous présente une autre vision des jeunes. Au lieu de leur francité, nous voyons ici leur jeunesse. Les dessins animés sont créés pour les enfants, et donc l’intérêt de Saïd et Vinz dans les personnages nous montre qu’ils restent toujours jeunes. L’audience se rappelle la jeunesse des protagonistes et donc la tragédie de la fin du film est augmentée.

Le manifeste du Parti communiste

Standard

Avant tout, la bourgeoisie produit ses propres fossoyeurs. Sa chute et la victoire du prolétariat sont également inévitables.

(source: le manifest du parti communiste)

L’idée de l’inévitabilité de la révolution du prolétariat compte sur une conceptualisation de l’histoire comme progressiste. C’est-à-dire, une narration de l’histoire qui suivre un modèle hégélien de thèse → antithèse → synthèse. Si l’histoire crée une voie à suivre, bien sûr la révolution est inévitable.

Image result for karl marx

( Karl Marx. source: google images)

Par contre, les théoriciens de nos jours formaient un modèle fragmenté de l’histoire. L’histoire n’est plus une narration simple avec un début et une fin éventuelle. Nous ne pouvons plus dire que nous sommes plus intelligents/ gentils/ n’importe qu’avant. Alors, si ceci est vrai, la révolution du prolétariat decrivée dans le manifeste devient quelque chose d’active et non pas inévitable.